La sculpture et la couleur

La sculpture est par nature “mono- chrome”. Elle trouve son intérêt dans les volumes que peut offrir une matière

  • lignes plastiques
  • plans.
    La sculpture se débarrasse de la complexité de la couleur.

Sculpture/couleur

La sculpture se débarrasse de la complexité de la couleur, celle- ci pouvant lui être complémentaire.
La couleur offre un autre langage à la sculpture.

La sculpture est de nature "mono- chrome"

La sculpture se rapporte à l’agencement des volumes qu’offrent les possibilités de la matière.
Le travail se fait directement sur celle- ci.
La pierre n’a pas intérêt à être peinte si la couleur n’ajoute rien à sa particularité plastique tri-dimensionnelle. 

La monochromie est bien le trait caractéristique de la sculpture, et la sculpture moderne se situe d’avantage dans la notion de monochromie.

Des sculpteurs ont été des peintres

Michel Ange, Giacometti, Auguste Renoir, Modigliani, Picasso, Rodin
La profession de foi de Rodin » et son rapprochement de la sculpture à la peinture en dit long sur le rapport des deux médias.

Il en va de même avec Picasso : même si Picasso fut surtout peintre et dessinateur il fait souvent mention de la sculpture dans son travail et dans ses propos (lire Françoise Gilot “vivre avec Picasso”) 

Une lecture plus rapide

Dans des situations ou la statue n’est pas assez éclairée, ou bien sa dimension trop petite, la couleur offre une lecture plus rapide.

La richesse de la limitation

La limitation dans le choix et la diversité des couleurs se distingue dans la beauté des fresques égyptiennes par exemple.

« Ce qui compte, c’est peu de couleurs, mais bien placées » Picasso

La peinture des statues antiques ?

Il est certain que la couleur a été associée à la sculpture : 

  • Statues du XIV ème siècle en Europe
  • statues romanes
  • statues égyptiennes
  • La symbolique des couleurs a pu entrer dans le choix de peindre des statues de Vierges, des statues de portails.
    Découvrez la sculpture et la couleur dans la statue Notre Dame de Beauregard

Cette certitude nous vient de

  • la proximité dans le temps des œuvres
  • la conservation des œuvres

Statues antiques

L’intérêt sculptural laisse sceptique sur la peinture des sculptures antiques. De plus, une époque qui a tendance à l’exagération, au baroque et aux théories expressionnistes peut facilement affirmer que la couleur recouvrait les statues grecques !  

Toutefois, si la peinture des statues visait un plus profond naturalisme, une plus grande expression, le modelé de ces statues se serait orienté vers plus de «réalisme »; ce n’est pas le cas : Leur modelé géométrique, sobre, aux plans bien déterminés, prouvent la notion “d’intérêt sculptural” et non d’intérêt pigmentaire.

– Le contexte autour de statues peintes semblerait en dysharmonie.

– Vêtir de tissus une statue de nu (e) semblerait une thèse plus probable.

Notion de présence

Pour moi la sculpture est plus “présente” que la peinture.
Sa tridimensionnalité en fait une forme “parmi nous”, et elle est plus immédiate.

Priorité au dessin

  • Choisir le dessin en priorité préalablement au choix et à l’application des couleurs.
  • La peinture garde son intérêt plastique. C’est ce que j’essaie de faire dans mes toiles et tableaux : dimensions plastiques avec le jeu des couleurs.
Conclusion

La sculpture se rapporte à l’agencement des volumes qu’offrent les possibilités de la matière.
La pierre n’a pas intérêt à être peinte si la couleur n’ajoute rien à sa particularité plastique tri-dimensionnelle. 
La monochromie est bien le trait de la sculpture, et la sculpture moderne se situe d’avantage dans la notion de monochromie.

A lire également